C’est en 1891, que deux magistrats marseillais prirent la décision de créer la Société Marseillaise de Patronage des Libérés et des Adolescents, devenue par la suite la Société Marseillaise de Patronage contre le Danger Moral reconnue d’utilité publique en 1898.
Cette association définie comme charitable avait pour objet de favoriser le relèvement moral des détenus et des libérés des deux sexes et d’user de tous les moyens d’action pour prévenir notamment chez les mineurs la criminalité et la récidive.

La société se proposait :

  • D’assurer immédiatement aux libérés un travail provisoire, de leur faciliter les moyens de se procurer un travail définitif et de les mettre ainsi à même de pouvoir mériter le bénéfice de la réhabilitation.
  • De fournir à titre exceptionnel des secours aux prévenus ou condamnés sortant de prison.
  • De recueillir les mineurs, même non condamnés lorsque leur conduite a motivé l’intervention de la justice ou qui, vagabonds ou abandonnés sont comme en danger de perdition, et d’assurer…leur placement….en créant des lieux. Calendal qui deviendra le siège de l’association sera le premier, puis viendra la Louve après guerre baptisée pour l’anecdote la « colonie agricole » recevant à la campagne les gamins de Marseille et enfin le SEAP en 1991.